Le condi-chess

Le condi-chess* est une variante « physique » du jeu d’échecs.

Les règles restent les mêmes, mais la pendule est éloignée de l'échiquier à une distance convenue par les joueurs au début de la partie. Les joueurs doivent donc aller le plus rapidement possible arrêter leur décompte de temps après chaque coup.

*condi-chess mot inventé par Jules Armas responsable du Camping La Rochade : condi pour conditions et chess signifiant échecs en anglais.

Le blitz à quatre

Le blitz à quatre est une variante très populaire du jeu d’échecs entre deux équipes de deux joueurs.

Les deux équipes sont face à face devant deux échiquiers rapprochés. Les deux échiquiers sont inversés de telle sorte que dans chaque équipe l’un joue les Blancs, l’autre les Noirs.

Lorsqu’un joueur capture une pièce adverse il la donne à son coéquipier qui peut la placer où il veut sur son échiquier au lieu de jouer un coup. La partie se joue avec pendule avec une cadence de blitz*, en général de l’ordre 5 min par joueur.

Le match est fini dès que l'une des deux parties se termine.

Les parties sont très animées et se jouent à un rythme endiablé. Contrairement à une partie d’échecs, la communication entre joueurs est essentielle.

*Blitz : éclair en allemand. Aux échecs, un blitz est une partie où chaque joueur dispose de moins de 15 min de réflexion. Les cadences les plus  utilisées en blitz sont de 1, 3 ou 5 min.

Une partie simultanée

Une partie simultanée est une rencontre entre un très bon joueur (généralement un Maître international) et plusieurs adversaires d'un niveau plus faible, jouant chacun sur un échiquier.

Le maître, qui a les Blancs, passe d'un échiquier à l'autre dans un ordre déterminé. Ses adversaires jouent leur coup devant lui et sa réponse est assez rapide pour éviter que l'événement ne dure trop longtemps.

Records du monde

date

nom

nationalité

adversaires

durée

réussite

2004

Andrew Martin

britannique

312

17 h

96 %

2005

Susan Polgar

américano-hongroise

350

17 h

96 %

2009

Kiril Georgiev

bulgare

360

14 h

88 %

2009

Morteza Mahjoob

iranienne

500

18 h

88 %

2010

Alik Gershon

israélienne

523

20 h

86 %

Une partie à l'aveugle

Une partie à l’aveugle est une partie où l’un des joueurs (voire les deux) ne voit pas l’échiquier ; il annonce les coups oralement à l’aide d’un vocabulaire propre aux joueurs d’échecs :

  • « e4 » : signifie « avancer le pion situé colonne e en case e4 »
  • « cavalier c3 » : signifie « déplacer le cavalier en case c3 »
  • « fou prend c4 » signifie « le fou prend la pièce adverse qui se trouve en case c4 »

            Mais comment font-ils pour tout mémoriser ? Une image photographique de la position sur l'échiquier à chaque instant ? Impossible ! En fait, ils mémorisent l'enchaînement logique des déplacements des pièces et ils jouent les coups qui leur permettent de se retrouver dans des positions qu’ils connaissent bien.

            Un joueur expérimenté est donc capable de mener à bien une partie complète moyennant de l’entraînement bien entendu. Les parties sont bien sûr d’un niveau inférieur aux parties classiques.

Yannick Gozzoli et Gildas Goldsztejn jouent tous les deux à l'aveugle

Une partie à l'aveugle de Philidor à Londres dans les années 1780

Quelques records de parties simultanées à l’aveugle

date

nom

nationalité

adversaires

réussite

1751

François-André Philidor

française

3

100%

1858

Paul Morphy

américaine

8

87%

1876

Johannes Zukertort

allemande

16

84%

1933

Alexandre Alekhine

russe

32

73%

1947

Miguel Najdorf

polonaise-argentine

45

91

  Loek Van Wely défie, en simultanée à l'aveugle, 5 présidents de clubs corses. Simultanée à l'aveugle de Paul Morphy à Paris en 1858